La Grèce, terre et mer au parfum de fleur d’oranger

La Grèce, terre et mer au parfum de fleur d’oranger

Du 17 Mars au 10 Avril

(S)

En pensant notre voyage nous avions envie de profiter de cette parenthèse pour expérimenter des choses nouvelles. Moi qui m’intéresse beaucoup à l’agriculture biologique, j’avais envie de refaire du wwoofing*, mais aussi de faire une mission pour une association dans le domaine du droit des femmes, de l’éducation ou de l’environnement ; Jonathan quand a lui avait idée de faire un chantier en construction écologique et d’apprendre à naviguer sur un voilier. Mais difficile de planifier tout ça en amont et de trouver des contacts dans des associations en Europe ou Asie Centrale, le mieux était donc de voir au fur et à mesure ce qui se présente.

En Grèce nous passons 10 jours en wwoofing dans une ferme sur l’île de Corfou. C’était le bon moment pour faire une pause car nous avions rendez-vous à Athènes avec la famille de Jonathan le 5 avril et étions bien en avance – pas évident de fixer une date quand on voyage à vélo !

Nous avons donc octroyé un peu de repos à nos vélos et à nous même par la même occasion ! La ferme compte un restaurant végétarien tenu par notre hôte Agathi à la belle saison – elle y propose une cuisine traditionnelle savoureuse. Il y a aussi deux hébergements pour les vacanciers souhaitant découvrir la vie à la ferme dans un cadre reposant. Nous travaillons de 10h à 15h seulement. Nous faisons donc de petites journées ce qui nous laisse pas mal de temps pour nous balader, découvrir l’île ou tout simplement nous reposer. L’île est belle. Elle est couverte d’oliviers et de cyprès. Depuis la ferme nous pouvons admirer la lagune qui referme le lac Korission et offre chaque soirs de beaux couchés de soleil. Après plus de 3000 kilomètres dans les jambes, nous apprécions de pouvoir laisser nos vélos de côté pour un temps.

Les activités ne sont pas aussi passionnantes qu’escompté. Nous aidons à préparer la saison touristique principalement en refaisant les peintures extérieures de la maison et du restaurant, du ménage, du rangement, ou encore en désherbant les espaces verts. Cependant nous sommes contents de donner un coup de main à cette famille et de passer du temps avec eux. Un soir nous allons au théâtre découvrir la danse traditionnelle grecque – des groupes de danseurs se succèdent sur la scène dans de beaux costumes. Hommes et femmes se tiennent par la main en ligne ou en cercle et exécutent de petits pas, c’est sympa à regarder. Une autre fois Agathi nous apprend à faire une bonne moussaka (recette à suivre). Nous suivons à la lettre ses instructions tout en notant précieusement sa recette. Chaque soir Jonathan affronte Kostas aux échecs tandis que je lis auprès du feu et la soirée se termine toujours par des discussions animées sur la Grèce d’hier et d’aujourd’hui, la politique, l’économie, la philosophie ou encore la religion, sujets de prédilection de Kostas ! A priori un peu rude, nous découvrons finalement un homme très drôle qui aime faire des blagues. « savez-vous pourquoi il y a des trous dans les routes grecques ? Pour éviter qu’on ne s’endorme au volant ! ». Enfin nous, en tant que cyclistes, les trous on s’en passerait bien ! Un jour nous décidons d’aller à pied jusqu’à la plage qui ferme la lagune. Nous nous embarquons alors pour une belle balade au milieu d’une végétation magnifique. La zone est classée Natura 2000. Nous avons la chance de voir des orchidées sauvages ainsi que beaucoup de papillons. Mais malheureusement en découvrant la plage c’est un sentiment de tristesse qui domine. Encore une fois nous avons sous nos yeux une plage couverte de déchets, on trouve toutes sortes d’objets en plastique et également beaucoup de micro particules de plastique recrachées par la mer ionienne… pensez-y en faisant vos courses, c’est tellement simple d’apporter son propre sac réutilisable et de dire non lorsqu’on emballe systématiquement votre achat dans un sac plastique que vous jetterez à la poubelle 20 minutes plus tard.

Chaque journée commence par un petit déjeuner composé d’une infusion de feuilles d’olivier, d’une orange , d’un œuf dur, et de pain accompagné d’huile d’olive, de feta, de miel ou encore de tahini, sorte de crème de sésame. Nous goûterons à plein de bonnes choses durant notre séjour, dont un tatziki hivernal à la betterave. Encore une bonne recette à reproduire à notre retour ! D’ailleurs j’en profite pour vous dire d’oublier l’idée selon laquelle on est censé perdre du poids lorsque l’on voyage à vélo. La réalité est que l’on prend certes du muscle mais aussi que l’on mange deux fois plus ! Le vélo ça creuse et puis on est gourmand il faut avouer.

Au bout d’une bonne semaine à la ferme il est temps de repartir. Arrivés au terminal du ferry de Lefkimi on apprend que notre bateau ne fera pas la traversée car le vent est trop fort. On patiente tout l’après-midi dans l’espoir de pouvoir rallier le continent mais sans succès. Nous rebroussons finalement chemin jusqu’à la ferme et retenterons deux jours plus tard quand la météo sera favorable. 40 km pour rien…

Nous repartons sous un temps magnifique qui se maintient encore aujourd’hui. Sur notre route la Grèce se dévoile, sauvage. L’odeur de fleurs d’oranger parfume l’air. Souvent nous longeons la côte, seuls sur de petites routes, nous croisons seulement quelques troupeaux de chèvres, de vaches ou de moutons qui crapahutent dans les rochers ou marchent nonchalamment au milieu de la route. Nous trouvons facilement de supers spots de bivouac, juchés sur une colline ou en bord de plage où nous avons le luxe de pouvoir utiliser les douches de plage ! Un soir nous sommes moins chanceux, on se fait dévorer par les moustiques ! Toujours éviter les zones humides !

A Preveza nous sommes hébergés par Hana. Elle ne voyage pas à vélo bien qu’elle aime faire des balades de temps en temps. Elle s’est inscrite sur Warmshowers il y a peu. Quand je lui demande pourquoi, elle nous explique qu’elle le fait en hommage à un de ses amis proches. Il voyageait beaucoup et utilisait ce réseau. Malheureusement il est décédé à vélo sur la route… Son histoire nous rappelle à quel point il est important de porter un casque et d’être vigilants sur la route. Une chute peut arriver à tout moment. Chacun fait comme il l’entend, pour nous c’est casque systématique.

A la sortie de Preveza il y a un tunnel interdit aux vélos. Mais entre cyclistes on se refile l’astuce : 1- se positionner devant la caméra de surveillance face au tunnel, ne pas hésiter à faire coucou pour signaler sa présence. 2- attendre 5 min qu’un camion jaune vienne vous chercher 3- monter dans le coffre avec les vélos 4 – débarquer de l’autre côté ! Un jeu d’enfant !

Pour rejoindre Athènes nous passons par la ville de Patras rendre visite à François, un ami d’enfance de mon cousin Frédéric, et sa femme Heleni. Quel accueil chaleureux et que de bons moments passés ensemble ! Le premier soir après notre arrivée ils nous emmènent découvrir un très bel endroit à l’écart de la ville : Viotopos Dasous Strofilias. Le paysage a des airs d’Afrique avec ses pins parasols. On observe au loin des flamant roses. Le lendemain nous prenons la route (en voiture pour changer) direction Olympie pour découvrir le site. Au-delà des ruines des infrastructures dédiées aux jeux et des temples, le cadre incite à la balade. Les arbres sont en fleurs. Sur le retour nous empruntons de belles routes de montagne. Ça nous change de la côte que nous suivons plus ou moins depuis la Croatie. Nous passons une excellente soirée, très festive à boire du tsipouro et à danser sur la musique traditionnelle grecque en cercle en rigolant. Le lendemain nous quittons à regret François et Heleni mais les garderons dans notre cœur.

Pour atteindre Athènes nous longeons la côte nord du Péloponnèse et passons notamment par le fameux canal de Corinthe. Sur la route on se régale d’oranges qui sont excellentes et aussi de petits biscuits qui s’achètent au poids dans les boulangeries pendant les fêtes de Pâques. À Athènes nous retrouvons donc en temps et en heure les parents de Jonathan, Laëtitia sa sœur et Thibault son copain, pour passer quelques jours tous ensemble. Etrange sensation d’avoir mis trois mois à rejoindre la capitale contre quelques heures de voyage pour eux ! Nous découvrons ensemble l’acropole et quelques autres sites historiques dont la visite est éclairée par Thibault grâce à ses connaissances en histoire ! Nous tombons en plein week-end de Pâques. Le vendredi, les cloches résonnent d’un air funeste tandis que les Grecs se rendent avec ferveur dans les églises. Pour les Grecs qui sont majoritairement orthodoxes et très religieux c’est une période importante qui se passe en famille. Le jour de Pâques ils dégustent de l’agneau grillé à la broche. Sur l’île d’Egine, réputée notamment pour ses pistaches, où nous allons ensuite, nous profitons des odeurs de grillades et des musiques traditionnelles qui sortent de nombreuses misons ! Les petits ports de pêche, les restaurants en terrasse, les sentiers de promenade dans les collines donnent un air de vacances bien agréable. Ces quelques jours en famille passent bien vite, pour nous c’est déjà l’heure de reprendre la route alors que chacun poursuit ses vacances de son côté.

Sur le port de plaisance du Pirée Jonathan rêve de traverser les Cyclades à la voile. À la place nous embarquons dans un énorme ferry carburant au « brut » pour rallier les côtes turques à Çeşme. De quoi alourdir le bilan carbone de notre périple. Nous retrouvons à ce moment Clarisse et Alexandre, les cyclos annecéens : nous faisons la traversée ensemble.

La Grèce nous a séduit par ses paysages magnifiques et sa douceur de vivre. Désormais le mauvais temps est derrière nous, il fait beau et chaud, on apprécie. Rendez-vous en Turquie !

 

« 2 de 2 »

 

Cet article a 3 commentaires

  1. Toute mon admiration! Vous nous permettez de voyager en pensée . Vous voyez la vraie vie des gens et pouvez voir que mee si l’on a pas grand chose ,l’accueuil est là. En plus les photos sont réussies. Bonne route. Bisous.Brigitte gras

  2. Salut a tous les deux !
    Merci pour ce recit et ces photos cela se lit avec delectation et se savoure du regard : j’adore!
    Super les poulpes, les orchidees , Les vsages et paysages , on en redemande !!!
    A tres bientôt
    Patrick

  3. Bonsoir à tous deux,
    Nous (avec Olivier) venons de lire l’Albanie et la Grèce d’une traite, quel voyage ! Merci pour vos descriptions précises, poétiques, gourmandes et humaines qui nous projettent dans le voyage. Ca donne envie de vous rejoindre. Vos photos sont très belles aussi.
    Sarah je te reconnais bien – le développement durable chevillé au corps- tu as raison c’est triste de découvrir de magnifiques sites salis par les déchets… hélas.
    Des bises et au plaisir de vous retrouver en Turquie pour vos prochaines aventures !

Laisser un commentaire

Fermer le menu