Vers la Méditerranée

Vers la Méditerranée

Du 04 au 15 Février

(J)

Ah, l’Italie ! Nous voici de l’autre côté des Alpes, au pays du Soleil, de la dolce vita ! A la nuit tombée, suite à la glaciale descente du Sempione, nous nous arrêtons à la première adresse venue pour passer la nuit au chaud. Lorsque le jour se lève sur Varzo, nous apercevons les hauts sommets blancs par lesquels nous avons sinué la veille. La montagne est déjà dernière nous et nous nous réjouissons de retrouver le Lac Majeur que nous avions visité quelques années auparavant. De somptueuses villas sont bâties sur ses bords. Isola Madre apparaît au détour d’un virage, avec son palais et ses jardins magnifiques, propriété de la riche famille des Borromeo. Mais sous la pluie, l’eau bleue du lac s’avère plutôt grise et la rive opposée ne se dévoile qu’à peine.

C’est avec cette météo triste que nous approchons de Milan. Nous sommes hébergés par Alessio grâce au réseau de cyclistes Warmshowers. Nous le rejoignons sur son lieu de travail : une usine de confection de chaussures haut de gamme tenue par ses parents, que nous rencontrons à ce moment. Il nous fait la visite et nous explique comment sont confectionnées les chaussures. La région de Milan est réputée pour cet artisanat. Le soir, nous dînons dans la maison familiale, où séjourne également Géraldine, une française venue travailler ici pour quelques mois. Nous redécouvrons le repas traditionnel italien avec grand plaisir. Alessio nous parle de ses voyages à vélo ; il a traversé l’Espagne et le Portugal avant de revenir chez lui. Il rêve de repartir…

Le lendemain, nous rejoignons Milan par le Naviglio Grande, un canal qui nous permet de rejoindre facilement le cœur de la ville. Nous y resterons une journée, le temps de découvrir la ville et de prendre une journée de repos, la première depuis Lyon.

Bien que le soleil soit au rendez-vous pour les prochains jours, nous sommes préoccupés par le manque de réponse des italiens sur Warmshowers. Grâce à ce réseau, nous avions pu faire de belles rencontres et s’assurer des soirées à l’abri du froid. Il n’en sera plus question maintenant… Nous rejoignons la plaine du Pô en passant par Pavie. Nous nous perdons sur des routes mal balisées et perdons un temps précieux. Sans vouloir faire la course contre la montre, nous espérons arriver à Venise avant la fin du Carnaval…

La plaine du Pô est plate, agricole, brumeuse, offre des températures douces, mais se révèle d’une monotonie qui nous pèse de plus en plus. Les bivouacs s’enchaînent, les repas du soir sont pris tôt : les nuits sont fraîches et humides. Même en Italie, passer une soirée d’hiver dehors ce n’est pas spécialement une partie de plaisir. A Ferrare, nous rencontrons par hasard deux cyclotouristes errants dans les rues… Christine et Flavien, allemands, sont tout comme nous à la recherche de leur repas du midi. Nous mangeons ensemble dans une pizzeria. Partis d’Autriche une semaine plus tôt, ils sont en route pour l’Iran ! Nous roulons ensemble l’après-midi. Ce soir là, nous serons quatre à dormir une fois de plus sur les bords du Pô…

Au réveil, la pluie qui était prévue dans l’après-midi est déjà là. Christine et Flavien nous quittent pour prendre un train qui les emmènera plus au sud. Et nous, nous savons que nous dormons ce soir à Venise…. Seulement, nous aurons la pluie et le vent de face toute la journée ! Les minutes rallongent, le Pô semble interminable, la vitesse affichée sur le compteur ne fait que descendre. Nous avons plus que hâte d’en finir avec cette plaine et d’atteindre la mer ! L’horizon finit par s’ouvrir sur Chioggia, et la lagune de Venise s’étale devant nous. Nous embarquons sur un vaporetto, ces bateaux qui desservent toutes les îles de Venise. Il nous amène à Pellestrina, petite ville rattachée à Venise, située sur une fine bande de terre qui ferme la lagune. L’île fait une dizaine de kilomètres de long que nous remontons à vélo sous la pluie qui n’en finit pas. A quelques dizaines de mètres sur notre droite, c’est la mer Méditerranée. Sur notre gauche une rangée de maisons nous sépare de la lagune. Au bout de l’île, un ferry nous fait traverser jusqu’au Lido de Venezia, une seconde île qui ferme la lagune, face à Venise. Nous y retrouvons notre hôtel, heureux d’être au sec et d’être arrivés à temps pour le dernier jour du Carnaval !
Pour ce mardi 13 février, nous avons comme récompense à nos efforts un temps splendide ! Depuis le Lido nous découvrons Venise avec comme arrière plan les Alpes, blanches et lumineuses, qui ne semblent pas si loin ! La place Saint Marc est animée. Les prétendants pour le concours du plus beau costume s’y promènent parmi les touristes. En fin de journée, l’apparition de la Maria del Mare, nouvellement élue, vient clôturer les festivités. L’hymne vénitien résonne alors qu’un immense drapeau aux couleurs de la cité s’élève jusqu’au sommet du campanile. Venise marque notre première grande étape. Nous avons parcouru 2000 kilomètres pour rejoindre la ville natale de Marco Polo. A présent, nous allons suivre ses traces vers l’est ! Curieux d’en savoir plus sur ce personnage historique qui fait écho à notre voyage, nous débutons la lecture de son Livre des Merveilles, dans lequel il raconte ses années de découverte de l’orient.

Nous n’aurons pas plus de chance pour être hébergé en quittant Venise. Nous longeons la côte de la mer Adriatique, vide de ses touristes. C’est alors que nous sommes contactés par un collègue de Sarah. Ses parents sont en Slovénie, ils seront heureux de nous accueillir si nous pouvons faire un petit détour par l’intérieur du pays… C’est sur cette nouvelle perspective que nous abandonnons l’idée de passer à Trieste pour mieux amorcer un nouveau chapitre de notre périple, les Balkans !

 

Cet article a 34 commentaires

  1. Merci pour le récit très détaillé et intéressant. Félicitations pour les rencontres que vous faites qui seront gravées en vous pour la vie entière. De même pour les photos que nous gardons très précieusement pour en reparler dans….un an environ.De coeur avec vous pour continuer.!! A bientôt sur ce site. Annie et François, alias Mamie et Papy.

  2. Vous nous faites voyager, c’est vraiment splendide 🙂
    Hâte de lire la suite de votre périple!
    Bisous à vous 2!!

  3. Una storia superba e bellissime immagini. In attesa di leggere di più! Bene e buona fortuna. Bacio !

    1. Mais c’est que tu es prêt pour aller vivre en Italie toi ! Gracie mille !

  4. Avec toute mon admiration pour votre ténacité . De Dieppe cela me semble très loin .Bon courage,vous aurez de magnifiques souvenirs;Bisous de Brigitte

  5. merci pour le temps consacré au partage de votre aventure, vos récits font écho et me donne envie de voyager à vélo. Bon courage pour la suite, tenez le cap! Bon vent.
    Maxime

  6. Quelle aventure! En plus d’être de grands sportifs, vous avez vraiment un petit talent pour l’écriture vous deux. C’est très agréable de vous lire! Bonne route vers les Balkans alors :-)!!

    1. Merci ! On pense bien à vous aussi qui profitez de la Réunion… On se retrouve dans moins d’un an pour se raconter tout ça !

  7. Merci à tous les deux pour la joie que vous nous procurez à chaque lecture, avec ces récits si complets et détaillés, enrichis de toutes ces photos qui nous permettent de voyager avec vous. Gros bisous

    1. Pour le moment nous prenons très peu de photos car la meteo ne s’y prête pas toujours. Mais j’y hâte d’y consacrer plus de temps, surtout au printemps lorsque la nature nous offrira les premieres fleurs ! Bisous man’

  8. Je confirme ! Vous avez un talent pour l’écriture ! C’est passionnant cette histoire ! Vivement la suite !

  9. Merci de nous faire vivre votre aventure à distance… C’est génial! éclatez vous! Impatient de lire la suite.

  10. Ravie d’avoir de vos nouvelles surtout que vous avez vraiment beaucoup de talent pour raconter votre périple ! J’ai eu froid avec vous dans la descente montagneuse, j’ai râlé (çà c’est moi avec le vent et la pluie toute la journée 😉 ) , et soupiré d’aise devant le ciel bleu revenu !
    Je me dis que vous vous donnez là, une chance inouïe d’engranger tant de souvenirs à vous 2 . bisous de Corinne

    1. Merci Corinne ! Cela fait plaisir de voir que la famille nous suit avec autant d’investissement ! J’espère pouvoir te raconter tout ça de vive voix à notre retour ! Bisous !

  11. Super de lire des news de vous 2! Ça a l’air galère et magnifique à souhait, gardez la pêche et bon courage pour les Balkans !
    До встречи, Луис ет тоцте la сlasse де яцsse 🙂

    1. Merci pour ces encouragements ! Nos quelques mots de Russe commencent à être utiles depuis que nous sommes dans les balkans ! On espère que l’apprentissage des déclinaisons se passe bien pour vous 🙂

  12. Quel courage ! Quelle volonté ! Quelle persévérance ! Quelle joie de vous lire, d’ avoir de vos nouvelles…et elles sont si bien racontées !
    Merci pour vos sourires ! Merci pour toutes ces photos ! Je suis contente que vous soyez arrivés à temps pour voir un peu du Carnaval.
    Je vous envoie une provision de gros bisous !
    A la prochaine lecture !
    Mamie

  13. Je ne sais plus trop quoi ajouter, tout est dit ! Donc j’acquiesce et je vous encourage encore ! Grosses bises !

  14. Salut à tous les deux
    Quelle belle serie ! je souffre pour vous en pensant à l’espoir quotidien de trouver un toit pour s’abriter et se réchauffer: basic.
    Quand on lit cela on se creuse la tete pour savoir si on connait quelqu’un pour vous recommander.
    Il y a certainement un bon bouquin d’aventure à écrire vu votre talent de narrateurs. Un chapitre par pays et quelques photos choisies de temps en temps: je m’en réjouis par avance.
    Bon courage à tous les deux et que le soleil de la méditerranée soit avec vous !
    Patrick

    1. Bonjour Patrick,
      Tu as raison on en revient vite à l’essentiel, surtout lorsque les conditions climatiques ne nous sont pas favorables. C’est le cas ce moment. En Slovénie nous avons renoué avec l’hiver : paysages magnifiques mais sous un épais manteau de neige. Arrivés en Croatie certaines routes non déneigées nous ont données du fil à retordre. Maintenant sur la côte ce sont les vents violents qui nous empêchent de progresser : les routes sont fermées, les bus en direction du sud inopérants… nous sommes donc au repos forcé en attendant que la nature arrête de se déchaîner et nous laisse découvrir le soleil de la Méditerranée !

  15. Au risque de répéter une n-ième fois ce qui a été dit, quel talent et quel plaisir de suivre vos aventures! (En plus d’être de vrais aventuriers cycloptimistes, vous excellez dans l’écriture, y’a pas à dire on se régale de vous lire !). J’imagine que ça n’a pas toujours été facile ces derniers jours (satanés froid et pluie!) mais le jeu en vaut la chandelle! gardez la pêche! Hâte de lire la suite qui je suis sûre sera riche en émerveillement ! A très vite.

    1. 🙂 Grosse pensée à nos anciens voisins franciliens, vos encouragements sont les bienvenus ! Bisous à partager, mais une plus grosse part pour Mélisse bien entendu :p

  16. Super les jeunes, on voyage avec vous. Les mots, les images, tout nous transporte et votre courage force le respect. On vous suit en espérant que nos petits mots vous réchauffent le cœur. En route vers de nouvelles aventures et belles rencontres.
    A très vite sur la route
    Bizz

  17. Je me suis fait envoutée par la lecture de votre récit ! Quelle aventure ! Je vais attendre impatiemment vos prochains articles 😉 Allez courage, le soleil arrive !

    1. Merci les lulus ! Pour ce qui est du Soleil ce n’est pas encore gagné, mais on y croit ! Il devrait être au rendez-vous dans le prochain épisode 😉
      Bisous !!

  18. Quel début vivifiant !!! En tout cas, chapeau, bravo, respect… Dans quelques semaines le temps devrait s’améliorer et vous aurez sans doute trop chaud cet été. Alors profitez bien du temps présent malgré tout. Au plaisir de vous lire. Prenez soin de vous. Bises à vous deux

  19. On avait hâte de lire vos aventures italiennes, je ne suis pas déçue. Vos aventures se lisent comme un roman-feuilleton : on vibre, on grelotte, on souffre, on s’émerveille, on désespère, on reprend espoir, on a envie d’embrasser ceux qui vous accueillent et oui, comme dit Patrick, on se demande qui on connaît dans le coin qui pourrait vous héberger …. et on attend l’episode suivant avec fébrilité ! Vos photos sont superbes, vous êtes très beaux et votre périple est incroyable. Des grosses bises à tous les deux.

  20. Bonjour à vous,
    Le printemps arrive à grands pas pour vous offrir de bien belles journées de pédalage facile ! En tout cas, respect pour le trajet déjà accompli.
    Pour info, vous devriez croiser deux cyclos qui bouclent leur tour du monde et rentrent au pays. Ils sont au Monténégro ce jour.
    https://avelotoutsimplement.blogspot.fr/

    Bon vent, de dos 🙂
    Pascal

  21. Que rajouter à tous ces commentaires admiratifs, envieux quelque part, si ce n’est que je le suis admiratif et envieux.
    Aventures à chaque coup de pédales, rencontres inoubliables, bien sûr le vent, la neige, la pluie, le froid et plus tard la chaleur, la soif,l’envie d’une douche, mais les images fantastiques, les moments de franche rigolade, les émotions, la joie d’avoir réussi!!!
    Profitez de tout. Je vous accompagne et voyage au gré des écrits et des photos.
    Au fait, Sarah, je m’inscrit à ton prochain stage photo (trop belles)
    Je vous embrasse, ebahi devant vous
    Daniel Dehouck

  22. Grace à Nathalie D. qui m’a transmis le lien, je découvre avec un peu de retard le récit de vos aventures mais j’ai rattrapé tous les épisodes précédents et je me suis inscrit pour recevoir les prochains :-).
    Bravo à vous pour cette formidable aventure, pour votre courage et pour le récit de vos exploits. J’ai calculé qu’avec mes 30km de vélo par jour, il me faudrait 475 jours pour arriver au lac Baikal !!! Heureusement vous êtes plus rapides et vous arriverez bien avant. Lorsque je pédale sous la pluie, je suis content de savoir que j’aurai une douche chaude à Cœur Défense au bout de 3/4 d’heure, alors je compatie de tout cœur que je vos que vous devez pédaler des journées complètes sous la pluie et face au vent. Vivement le printemps… Et encore Bravo

    1. Hey Bruno ! Ces temps-ci on a ralenti le rythme, à cause de la météo dans un premier temps, mais c’est aussi agréable faire moins de kilomètres par jour pour pouvoir s’arrêter lorsque l’on apprécie un endroit. Je te rassure on fait quand plus de 30km! Le printemps est arrivé en Albanie, on espère que désormais le soleil nous accompagnera jusqu’au bout car quel bonheur de rouler quand la météo est favorable !

  23. Nous vous suivons jour après jour ! Bonne journée,demain Jeudi, à tous les trois !
    Gros bisous
    Mamy et Papy

  24. Bravo pour votre périple! Malgré les galères, ca donne envie! J’ai déjà traversé la plaine du Po en voiture et c’était déjà monotone alors je compatis avec vous à vélo!^^ si vous ne trouvez pas toujours avec le réseau warmshower, vous pouvez aussi regarder sur le réseau couchsurfing, il y a pleins de personnes accueillantes, désireuses de rencontrer des personnes d’autres pays! Avec plus de membres, vous aurez peut-être plus de réactivité. Profitez bien de votre aventure!

    1. Salut Hanneke ! J’espère que tout va bien pour toi. La plaine du Pô est maintenant loin derrière nous. Désormais les paysages nous émerveillent chaque jour. Et en effet nous avons utilisé couchsurfing deux fois 😉 A+

Répondre à Jonathan Bertrand Annuler la réponse.

Fermer le menu